• fr
  • nl
  • de
  • Retour vers tous les projets

    @Yourservice (Flash!)

    Sint-Carolus Sint-Niklaas

    2014

    Initiateurs

    Le projet a été introduit en 2014 par le Technisch Instituut Sint-Carolus à Sint-Niklaas. C’est une grande école avec des sections secondaires techniques et professionnelles qui compte au total quelque 2100 élèves, dont environ 1400 dans l’enseignement professionnel.

    Situation de départ

    Le projet s’adresse aux élèves de 2ème année du 1er degré qui se préparent à l’enseignement professionnel (2BVL). L’école propose en 2ème année les orientations ‘mode-alimentation/soins’, ‘formation sociale et technique’ et ‘technique-sciences’. Environ 45% des élèves du premier degré sont des élèves bénéficiaires de l’encadrement différencié.

    Objectif et concrétisation

    De manière générale, @yourservice (rebaptisé « Flash! » en 2018) est un projet interdisciplinaire visant le renforcement de la langue d’enseignement et de la lecture, avec une attention particulière pour le choix professionnel dans les classes différenciées.  Il s’adresse aux élèves de 2ème année qui se préparent à l’enseignement professionnel (2BVL) et tente de mettre en place une « expérience linguistique » adaptée à ces élèves.  Le projet s’inscrit dans le dispositif scolaire du bien-être des jeunes à l’école.

    Cet objectif général a été traduit en une série de sous-objectifs :

    – Réaliser des livres de lecture, avec le niveau de langue approprié, pour les élèves des classes différenciées. Les élèves imaginent et écrivent, avec un professionnel, des histoires adaptées à leur âge et leur cadre de vie ;

    – Améliorer les compétences linguistiques des élèves en stimulant le goût de la lecture. Ceci en les mettant en contact avec une offre variée ;

    – Permettre aux élèves d’acquérir des connaissances sur le choix des études et leur apprendre à exprimer leur choix. Des réunions avec des professionnels du dispositif scolaire du bien-être sont prévues ;

    – Donner aux élèves l’occasion de briller. Montrer qu’avec une attention et une approche sur mesure, ils peuvent faire de grandes choses, eux aussi. Et qu’ils peuvent en être fiers.

    Une série d’activités, partiellement récurrentes, sont mises en place pour atteindre ces objectifs.

    –  Écrire une histoire.  Cette activité est encadrée par un écrivain externe (Frank Pollet, entre autres). Lors d’un atelier d’écriture, les élèves apprennent comment écrire une histoire, comment faire monter la tension et quelles règles doivent être respectées. Les enfants sont invités à inventer l’histoire eux-mêmes. Après quelques années, une plus grande attention a été accordée au « langage visuel », ce qui a débouché en 2018 sur un roman-photos. Les livres sont rassemblés dans une boîte à livres, et par la suite dans un sac de bibliothèque.

    –  La présentation. Chaque année, le projet se clôture par une grande présentation. C’est un événement festif de grande envergure. Environ 250 élèves et parents sont présents. C’est le jour où les élèves de la classe de 2ème différenciée peuvent être mis à l’honneur. Ainsi, chaque étudiant reçoit un badge et une étoile sur le sol, une personnalité flamande est invitée, une séance de photos est organisée, etc. Les histoires écrites par les élèves sont présentées également au moyen de danses, de chants, de saynettes, des interviews et des vidéos. Le Carolusband (chorale de professeurs) assure un intermède musical. Cette activité de clôture est un véritable outil de communication, à la fois envers les parents, l’école et l’extérieur.

    –  Évaluation de livres et visite à la bibliothèque. Au cours d’un atelier d’introduction, les élèves sont sensibilisés aux livres et découvrent la diversité des livres. Ils apprennent que derrière une couverture peu attirante peut se cacher un livre passionnant et qu’un livre ne raconte pas toujours une histoire mais peut parler de chocolat, par exemple. Après avoir piqué leur intérêt, les élèves sont emmenés à la bibliothèque où ils reçoivent une série de tâches à accomplir. Au cours d’un jeu à la bibliothèque, les élèves apprennent qu’on peut aussi y utiliser un PC, y étudier dans le calme, etc. Dans un premier temps, cette activité était encadrée par un externe, ensuite les enseignants ont assuré eux-mêmes l’encadrement.

    –  Lecture aux enfants de maternelle. Les élèves se rendent en petits groupes dans différentes classes de maternelle. Ils préparent non seulement une petite histoire, mais aussi quelques activités manuelles pour lesquelles ils doivent lire et suivre une feuille de route. .

    –  Lire et chanter à la maison de repos.  Les élèves racontent d’abord des histoires, ensuite ils ont l’occasion d’échanger avec les résidents de la maison de repos. Pour beaucoup d’élèves, c’était un premier contact avec ce type d’établissements et avec des personnes âgées.

    –  Déjeuner-rencontre.  Les élèves de sixième année du secondaire, qui ont déjà choisi une orientation, viennent en parler.

     – Promenade BD. Une promenade BD à Anvers a été concoctée par les enseignants.

    Après quatre ans de fonctionnement, le projet a été réalisé avec différentes classes. Les élèves ont ainsi appris à collaborer et il a été possible, également, de jouer sur les centres d’intérêt des élèves. Ils ont pu choisir un genre particulier d’histoire.

    Progrès enregistrés

    Dans l’ensemble, on observe que depuis que le projet est en cours, une plus grande attention est portée à la maitrise de la langue au sein de l’école, y compris dans les autres orientations scolaires. La 1ère différenciée a ainsi commencé la rédaction d’histoires. Le projet fait tache d’huile : l’état d’esprit des enseignants a évolué. Le projet produit des effets plus larges que le développement du langage. C’est ainsi que la gestion de projets est appliquée dans le cadre d’autres projets et initiatives. L’école a recherché des modes d’évaluation appropriés et a mis en place Diataal (tests de suivi diagnostiques pour le langage et le calcul), ce qui permet de mesurer l’évolution en matière de développement du langage. Tout au long des cinq années, des efforts ont été déployés pour renforcer la communication avec les collègues enseignants, les partenaires externes, les parents et les élèves. La mise en place d’un groupe de pilotage de quatre enseignants a considérablement renforcé le projet et le travail d’équipe.

    Par sous-objectif, les résultats suivants ont été enregistrés :

    – Les petits livres qui ont été écrits font partie de la bibliothèque de l’école et sont régulièrement prêtés, y compris à d’anciens élèves des classes DASPA

    – L’offre de lecture pour les élèves de 2ème différenciée a été élargie en leur donnant accès à une offre variée et en leur apprenant à choisir.

    – Le lien entre le renforcement de la langue et le choix d’études est établi durant la lecture aux enfants de maternelle et aux personnes âgées dans les maisons de repos.

     – Les élèves sont mis en valeur au cours des ateliers durant lesquels ils développent leurs propres idées et surtout à l’occasion du spectacle. Cela se traduit par une plus grande confiance en soi.

    Leviers et difficultés

    Le projet comporte une série de leviers importants. Tout d’abord, le projet n’est pas séparé des autres activités au sein de l’école, mais s’inscrit dans le dispositif scolaire de bien-être des jeunes de l’école. Il bénéficie d’un large soutien au sein de l’école et peut compter sur des initiateurs enthousiastes, ouverts aux idées nouvelles en matière de formation et de suivi.

    Quelques difficultés ont pu être observées également :

    – La fabrication des boîtes à livres prenait trop de temps. Ces boîtes étaient sciées par les élèves de 1ère différenciée et décorées par les 2èmes. Les enseignants ont proposé de remplacer la boîte à livres  par le sac de bibliothèque. Celui-ci est réalisé par la section « mode ».

    – A l’origine du projet le lieu de stage servait en quelque sorte de décor pour l’histoire écrite avec les élèves. Cela demandait un énorme investissement en temps. Par la suite, on a travaillé avec des témoignages (y compris avec l’aide de la famille) et le choix d’études a été intégré dans le projet de choix d’études.

    – L’encadrement des élèves pour la rédaction d’une histoire nécessite une expertise que les enseignants peuvent difficilement offrir. La transition vers un roman-photos est sans doute plus accessible pour les enseignants.

     – Malgré les efforts déployés par le projet, il rayonne peu en dehors des murs de l’école. L’école recherche dès lors activement un soutien pour rendre le projet plus visible.

    Prolongement du projet

    Après cinq ans, à l’issue du soutien de la Fondation, le projet a été intégré complétement au travail quotidien de l’école. Le projet fait partie de la semaine du projet organisée en mars. Grâce à cela les élèves ont l’occasion d’être immergés dans le projet et le projet empiète moins sur les heures de cours ordinaires.  Le fait d’avoir travaillé avec un comité de pilotage a contribué à faire connaître le projet aux enseignants et à ce qu’ils s’y impliquent plus activement. Seul l’atelier d’écriture nécessite encore une recherche de fonds extérieurs (ex. service clubs).

    Coordonnées

    Technisch Instituut Sint-Carolus, Hospitaalstraat 2, 9100 Saint-Nicolas, 03/7805123.

    Contacts : Sara Huyghe – sara.huyghe@sint-carolus.be

    Sofie Dhondt – sofie.dhondt@sint-carolus.be

    www.sint-carolus.be

    Retour vers tous les projets