• fr
  • nl
  • de
  • Retour vers tous les projets

    Faro. Résistance non violente et nouvelle autorité dans les écoles bruxelloises

    VCLB Pieter Breughel Molenbeek

    2016

    Initiateurs

    Le projet FARO a été introduit en 2016 et est une collaboration entre le centre PMS (VCLB) Pieter Bruegel (Bruxelles) et le PAika, le département de psychiatrie pédiatrique de l’UZ Brussel. Les écoles bruxelloises (primaires et secondaires) peuvent présenter leur candidature pour le projet.

    Situation de départ

    FARO s’adresse aux écoles des grandes villes.  Le centre PMS Pieter Breughel soutient au total 110 écoles bruxelloises et 30.346 élèves. Les élèves sont, dans leur grande majorité, des élèves bénéficiaires de l’encadrement différencié.

    La sécurité dans l’école a un impact énorme sur la santé mentale des jeunes. Le harcèlement, les humiliations, l’agressivité et l’escalade des sanctions conduisent, pour les élèves comme pour les enseignants, au décrochage scolaire, à la dépression, au burn-out et aux tendances suicidaires.

    Dès le début, le projet a pu compter sur des subsides du Fonds des Nez rouges de la Fondation Roi Baudouin. 

    Objectif et concrétisation

    FARO est un projet de coopération entre le centre PMS Pieter Bruegel et le PAika, le département de psychiatrie pédiatrique de l’UZ Brussel. FARO vise à transmettre aux enfants et aux jeunes des écoles bruxelloises l’expertise des soins de santé mentale spécialisés en matière de Résistance non violente. L’autorité traditionnelle, fondée sur la peur et le pouvoir, est ici remplacée par une Nouvelle Autorité, basée sur la présence, le développement de réseaux et la résistance sans violence.  Les enseignants, tout comme les parents, se voient proposer des outils basés sur la méthode ‘Résistance Non Violente et Nouvelle Autorité’. Ils assurent un climat scolaire ferme et positif où les jeunes, même les plus vulnérables sur le plan psychique, sont en sécurité.

    En œuvrant, avec une méthode éprouvée, à rendre les relations à l’école plus positives et à réduire les problèmes de comportement, les initiateurs s’attendent à observer une diminution des suspensions, des exclusions définitives, des absences injustifiées, de la démotivation scolaire, du burn-out chez les enseignants et, à terme, du taux élevé de jeunes quittant l’école sans qualification à Bruxelles.

    Chaque année, 4 à 6 écoles font l’objet d’un accompagnement intensif.   Les écoles qui participent  sont suivies par le biais de six intervisions par année scolaire et 50 heures de coaching sur mesure par un collaborateur FARO. Toutes les écoles de la région bruxelloise peuvent se porter candidates. Après un entretien, une sélection est opérée.

    La méthode de Résistance Non Violente est constituée d’un ensemble d’attitudes qui sont inculquées par le biais d’actions concrètes. Ces actions consistent soit en un geste positif envers les étudiants et/ou les parents, soit en une forme de résistance non violente contre le comportement inacceptable ou agressif.

    Les collaborateurs de FARO inculquent ces actions et attitudes à l’équipe enseignante durant la réunion initiale, une formation de deux jours et des journées d’étude pédagogiques. Ils les accompagnent lors de la mise en pratique et veillent à l’intégrité de la méthodologie. Dans les écoles primaires, l’ensemble de l’équipe enseignante est impliquée ; dans les écoles secondaires, on travaille avec un groupe de 30 enseignants et collaborateurs auxiliaires qui, ensemble, encadreront un groupe cohérent de classes (p. ex. un degré déterminé).

    Les parents sont invités à des séances de formation et encouragés à participer au réseau de soutien. Chaque jour, une équipe tournante de trois personnes (enseignants, collaborateurs auxiliaires, parents, collaborateur FARO) est disponible, à laquelle les enseignants peuvent faire appel pour leurs interventions auprès des jeunes.

    Chaque semaine, les enseignants se réunissent pendant une heure pour discuter des actions de la semaine et à venir faire part des commentaires des élèves, parents et collègues. Lors de chacune de ces réunions, on discute également d’une technique ou d’une action de résistance non violente spécifique. Au cours de l’année scolaire, tout un éventail d’actions et d’interventions possibles est ainsi passé en revue.

    Toutes les écolesqui participent ou ont participé au projet se réunissent six fois par année scolaire pour une intervision et un échange d’expériences.  Il est demandé qu’un maximum de trois personnes par école soit présent. Des collaborateurs du centre PMS prennent part également à certaines intervisions.

    Pour les parents, deux séances d’information – avec interprète – sont organisées : une en journée et une en soirée. Il y a aussi beaucoup de contacts téléphoniques avec les parents.

    Le projet FARO et la vision sur laquelle il repose ont été/seront exposés lors de plusieurs séances de formation et journées d’étude. Grâce à cela, le projet bénéficie déjà, après deux ans de fonctionnement, d’un large rayonnement et d’un effet boule de neige. Ainsi, plusieurs écoles se sont portées candidates, un autre projet de collaboration est en cours entre UZ-Brussel et les PMS bruxellois, et les PMS d’autres réseaux demandent à être impliqués.

    Progrès enregistrés

    Les enseignants ressentent les effets du projet. Ils font part d’une plus grande disposition à parler ensemble des problèmes de comportement et de l’insécurité, ils se soutiennent plus mutuellement et travaillent mieux en équipe. En cas de problème comportemental, les élèves réagissent de manière plus positive, collaborent plus entre eux et rapportent moins les problèmes à la direction et à l’enseignant en charge.

    Les écoles indiquent qu’avec la nouvelle approche, il y a moins de suspensions, que le climat scolaire s’améliore et que dans une école, un enseignant a évité le burn-out.

    Les parents qui ne pratiquent pas l’éducation non violente reconnaissent malgré tout l’intérêt de la Nouvelle Autorité.

    Effets non prévus

    Les centres PMS reconnaissent et s’approprient de plus en plus la philosophie de la Résistance non violente et à la Nouvelle Autorité. Les collègues transposent spontanément la méthodologie lorsqu’ils discutent de leurs cas avec leurs pairs, les écoles, les parents et les jeunes.

    Leviers et difficultés

    Les leviers de ce projet sont l’expertise des initiateurs sur le plan de la vision et les expériences en matière de Résistance non violente. Le projet a été préparé soigneusement et mis en œuvre de façon systématique. La collaboration avec des partenaires externes comme Abrusco (notamment du coaching de jeunes à Bruxelles) et Rails (CGGZ) augmente les chances de succès.

    Le projet rencontré aussi quelques difficultés :

    – pour les écoles, c’est une gageure de libérer le temps et les moyens nécessaires pour le projet ;

    – la mobilité des enseignants. Les nouveaux enseignants qui n’ont pas reçu la formation se rabattent sur la formation de deux jours dispensée dans une autre école ;

    – l’équipe FARO a connu des changements de personnel au cours des différentes années du projet. Les nouveaux collaborateurs FARO ont dû s’adapter ;

    – une étude scientifique était initialement prévue. Aucun doctorant n’a été trouvé, mais un mémoire de bachelier a néanmoins été rédigé au cours de la deuxième année du projet. Un soutien académique est toujours recherché.

    Prolongement du projet

    Le projet s’est arrêté à l’issue de la troisième année de fonctionnement – en 2018-2019. Un partenaire financier important n’a pas pu se réengager pour l’année suivante et la mission du centre PMS a été modifiée également. Le nouveau décret en communauté flamande (27 avril 2018) prévoit que le soutien aux élèves soit opéré par les conseillers pédagogiques et non plus par les centres PMS. Le Conseil d’administration du centre PMS a donc décidé de mettre fin au projet, ce qui signifie que le projet n’a plus pu être réalisé dans les écoles. Le Centre PMS a décidé de s’appuyer sur la méthode en interne et les colloborateurs du PMS vont proposer la méthode dans d’autres écoles.

    Coordonnées actuelles

    – VCLB Pieter Breughel, Rue de l’Intendant 84, 1080 Molenbeek-Saint-Jean.  Tél. : 02/5123005, adresse e-mail : faro@vclb-pieterbreughel.be

    Contact : Elisabet Campforts – e.campforts@vclbpb.be

    UZ BRUSSEL – PAIKA : Avenue du Laerbeek 101, 1090 Jette.

    Contact : Edward Campfort – edward.campforts@uzbrussel.be

    https://www.faroproject.be/algemeen

    Retour vers tous les projets