• fr
  • nl
  • Retour vers tous les projets

    Jouons pour mieux vivre ensemble

    Ecole 7 – Arc en Ciel Molenbeek

    2016

    Structure d’accueil du projet

    L’école 7 -Arc-en-ciel- est une école primaire et maternelle communale de Molenbeek accueillant près de  450 enfants dont un tiers dans les classes d’enseignement maternel. C’est un établissement en encadrement différencié (classe 1). La population scolaire, largement multiculturelle avec plus d’un quart d’enfants ROM, vit  dans des conditions socio-économiques peu favorables.

    Constats et ressources de départ

    Avec l’attentat à Charlie Hebdo, la théorie du complot s’est invitée dans l’école primaire et les enseignantes ont dû discuter avec les élèves de 5/6ème de ce que représentait la liberté d’expression.  Les attentats de Paris et de  Bruxelles ont correspondu à des moments de grande tension mais aussi de plus de solidarité dans l’école devant les dégâts à tous niveaux. En effet, des partenaires historiques, sponsors ou  particuliers, ont ‘lâché’ l’école du jour au lendemain, cela au moment-même où leur aide aurait été  la plus nécessaire. Dans la foulée, l’animatrice en théâtre dont le travail est reconnu et soutenu depuis des années par la Fondation au sein des écoles communales de Molenbeek a travaillé sans délai  cette situation et celle de l’image de soi personnelle et collective à travers des exercices d’improvisation. De leur côté, les enseignantes se sont posé la question de savoir comment remettre  sur pied le ‘vivre ensemble’ de manière ludique. Utiliser le jeu leur a semblé aller de soi pour son caractère universel, ludique, collectif, stimulant et cadrant à la fois.

    Objectifs et concrétisation du projet

    Le projet ‘jeux’  a été pensé pour devenir  partie intégrante du projet d’établissement. Celui-ci est décrit comme un outil pédagogique principalement au service des compétences ‘matières’ et transversales. Il met aussi l’accent sur la découverte des spécificités et  des points communs entre les personnes et les communautés d’appartenance.

    Quatre objectifs principaux à ce projet :

    • Travailler sur son identité, découvrir qui je suis
    • S’ouvrir aux autres
    • Intégrer les parents à la vie scolaire de l’enfant
    • Renforcer les apprentissages de base (surtout la langue française).

    Du point de vue de l’organisation, un comité de projet a été constitué avec une responsable par cycle. Les enseignantes ont  reçu  une formation autour de l’outil Octofun qui travaille les intelligences multiples https://www.laligue.be/leligueur/articles/les-intelligences-multiples-avec-octofun.  Ils ont également participé à une activité en extérieur renforçant la cohésion du groupe.

    Par ailleurs, l’utilisation de jeux demande la présence d’adultes ‘facilitateurs’ qu’il faut former. Le principe du tutorat des petits par les grands a été appliqué pour toute une série d’actions et de jeux.  Des soirées jeux ont aussi été organisées pour et entre enseignants ainsi qu’avec des parents.

    Au départ du projet, l’animatrice ‘théâtre’ a réactivé son projet ‘capsules vidéo’ autour d’activités d’improvisation, cela  grâce au matériel acquis dans le cadre d’un projet précédent subventionné par la Fondation.  Différentes pièces  de théâtre ont été construites dans les classes, les thématiques abordées passant de la liberté d’expression aux contes détournés, aux racines et aux migrations.  Pour certaines activités d’expression, des professionnels extérieurs à l’école ont été sollicités. Des spectacles sont présentés régulièrement et des invitations sont lancées en interne et en externe.

    Une ludothèque a par ailleurs  été créée et aménagée pour que les élèves puissent venir seuls ou en groupe se faire expliquer des  jeux et faire des parties. L’occasion est aussi donnée aux enfants  d’expliquer les jeux aux adultes et à leurs parents. Actuellement, l’école étudie la façon de mettre sur pied un système de prêts de jeux qui serait cogéré par les parents.

    Les différents acteurs de l’école se sont mobilisés pour récolter des fonds au profit du Télévie grâce à la vente aux enchères des œuvres des élèves.

    Plusieurs types d’activités ont ainsi pris place au cours de la troisième année:

    • Le travail en classes binômes – axe vivre ensemble/jeux. L’école propose de faire des petits projets par 2 classes. Cela permet de travailler avec d’autres collègues et de responsabiliser les élèves. Les activités paraissent enrichissantes pour les enseignants et les élèves, car ils découvrent d’autres élèves. Au départ, quelques craintes de travail collaboratif sont apparues, mais les retours sont positifs. D’après les enseignants, cette méthodologie ne prend pas plus de temps et donne une nouvelle dynamique.
    • Le projet jeu parcours défi. Au départ, le but est de faire jouer tous les enfants à un grand jeu.  Ils ont ensuite renforcé le jeu en proposant des activités de cohésion/connaissance des autres.
    • La collaboration avec l’école 16 qui a commencé l’année passée avec un projet de découverte de la commune.
    • Les mamans actives – axe implication des parents. Un groupe de mamans participe à certaines activités, par ex. peindre des tables, plastifier les jeux de la ludothèque, jeux, lecture, excursion… Pour la suite, ils désirent inclure des mamans d’origine rom, avec un travail avec les médiateurs scolaires. On peut noter que les papas participent aussi à certaines activités comme un match de football ou les activités jeux.
    • Soirée famille – implication des parents : après les heures de cours, environ 90 parents ont participé à des jeux. C’est une réelle demande des parents et ils désirent que cela soit mis en place plus souvent et plus longtemps. Toute l’école participe, sous forme bénévole.  
    • Matinée jeux adultes – ludopédagogie : accueil des nouvelles instits : l’équipe met en place une formation pour les nouveaux enseignants, notamment sur la pédagogie par le jeu. Cela a lieu pendant deux matinées avec la ludothèque de la COCOF qui ont animé les deux matinées, une sur les jeux et l’autre sur le langage oral. Cela a permis de renforcer la cohésion de l’équipe. La ludothèque de la COCOF leur a proposé d’entrer dans le réseau des ludothèques (avec le logiciel en ligne, accessible par tous). Ils ont la volonté d’inclure le côté pédagogique dans la ludothèque informatique.

    Progrès réalisés –point forts du projet

    Les apports de la mise en place d’un un tel projet sont décrits comme multiples. Ils permettent de travailler la langue française et la diction car peu d’enfants parlent le français chez eux. Ils permettent aussi et surtout de  travailler l’estime de soi de ces enfants  qui intériorisent très jeunes leur position de relégation dans la société et qui ne peuvent que peu compter sur leur famille pour construire solidement leur avenir. Les enfants se montrent très sensibles aux actions de solidarité et les parents commencent à mordre significativement également. Des activités ont été mises sur pied spécifiquement avec et pour les papas, ce qui est rare.

    Interrogés régulièrement, les enseignants reconnaissent dès à présent un apport positif du faisceau d’activités proposées sur les enfants et ils commencent à voir le projet comme une culture, une pédagogie et non plus comme des choses en plus  à faire. Ils apprécient que la cohésion du groupe des professionnels se soit renforcée. Des articulations prennent vie entre les animations et le cours de français. Il reste néanmoins difficile de faire un lien entre le projet et les résultats scolaires mais force est de constater que les enfants sont plus motivés, attentifs et que leurs notes s’en ressentent.

    Effets positifs non attendus

    Les enfants se montrent de plus en plus autonomes et prennent des initiatives. Ils ont ainsi  proposé la mise en place d’une boîte à suggestions.  Ils ont aussi écrit à la Bourgmestre pour demander une extension de la cour  de récréation et le projet a abouti.

    Difficultés et résistances

    Des parents ont toujours du mal à adopter  des comportements respectueux lors des spectacles  (ils se lèvent, parlent, répondent au téléphone….). Unegarderie est désormais organisée pour que les bébés ne perturbent pas les représentations.

    Malgré des retours très positifs (site de la commune, CECP, articles de presses, journal des enfants), peu de classes et d’enseignants des autres écoles de la commune ont répondu ‘présents’ aux invitations au début du projet mais la situation s’améliore lentement.  La communication interne et externe doit encore être améliorée selon les responsables de projet qui trouvent important de pouvoir mettre les nouvelles technologies de communication à profit dans un avenir proche.

    Au départ à la retraite de l’animatrice théâtre, même si cette dernière continue à être fort active et engagée, la commune tarde à s’engager sur le long terme à propos de son   remplacement. Il ne faut pas que la précarité des conditions d’emploi des jeunes remplaçantes et la rigidité des règlements de travail n’hypothèquent les animations.

    Poursuite du projet

    L’équipe envisage de mettre sur pied une charte/règlement de la ludothèque, car pour l’instant il arrive que des pièces des jeux se perdent lors des prêts. Ils ont entamé une réflexion sur comment faire pour gérer la gestion de l’emprunt des jeux.

    Le projet est né du besoin de tous : d’abord travailler sur l’estime de soi, surtout après les attentats. Les enseignants ont travaillé ensuite sur le profil pédagogique des enfants (intelligence multiple, carnet de bord) et sur la relation à l’autre : activité de classes binômes, parcours dans l’école, travail sur les différences, les préjugés). Ils ont la volonté d’aller vers d’autres écoles dans les années à venir. Pour l’année prochaine, ils envisagent plutôt de renforcer leurs actions tout en prévoyant des coopérations extérieures. Un autre objectif envisagé pour l’année prochaine est l’implication des parents par des activités transversales, avec toutes les disciplines (mathématiques, éveil).

    Contact 

    Hafsa Benzouien, directrice

    ecole7.1080@molenbeek.irisnet.be

    Retour vers tous les projets